Elle et Lui – 7

Je crois qu’il est marié.
En fait, j’en suis sûre.
J’en mettrais ma main à couper. Ce type est marié.
Je n’ai pas de preuve tangible, rien dans le style « j’étais à son mariage » ou « j’ai vu sa bague ». Ici, tout est affaire de résonance et tout chez lui résonne « Je suis marié ».
Comme une sorte d’annonce qui le précède, une bulle qui l’entoure, une enveloppe protectrice qui devrait empêcher les méchantes filles dans mon genre de l’approcher. Il y’a un mot pour ça. L’Académie française avait vu que j‘en aurais besoin, mais là tout de suite, ce mot m’échappe.
Quand j’étais plus jeune, je lisais beaucoup. Je lisais entre deux coups de pied aux fesses. Je lisais avant de m’endormir. Je lisais pendant que ma mère écumait.
Lire pour être ailleurs. Etre n’importe qui, tout le monde sauf moi et ça c’était de l’or. Changer de vie au gré des pages.
J’aimerai bien lire à nouveau.

« Aura ».
Le mot c’est « aura ».
Je m’en suis souvenu.
Je n’ai donc pas tout perdu de ces heures passées seule, avec une petite lampe torche subtilisée à mes parents, dont ils avaient fini par oublier l’existence. Je me rappelle d’ailleurs certains vendredis lorsque je devais chourer emprunter  prendre (ouais c’est plus joli) des piles dans le seul magasin qui ne disposait encore ni de caméra, ni d’un gardien. Le prix de la confiance me direz-vous.
Ce n’était pas le plus proche, mais je n’avais pas trop de choix. Alors, j’y allais.
Parfois en bus, le plus souvent à pieds parce qu’il y’avait risque de contrôle. Risque de contrôle comme on dirait risque d’orage. On finit par développer le nez pour ces choses-là.
Mon angoisse, l’adrénaline et enfin mon soulagement une fois dehors. L’air n’était jamais aussi pur que ces vendredis.

Monsieur est marié.
Avant, il m’arrivait d’avoir des remords.
Avant.
Tout le monde a ses défauts, et moi je suis humaine.
Je l’imagine. Attendez, faut que je me concentre. J’ai perdu l’habitude. Une gentille femme et des gentils garnements, turbulents juste ce qu’il faut. La famille parfaite! Une gentille bonne dame qui me sauterait à la gorge si elle savait. Mais, elle ne sait pas. Il existe donc un Dieu. Je le vois bien avec deux enfants. Oui, deux enfants. Bon papa qui emmène ses enfants à la messe le dimanche matin. Gentil papa.
Avant, j’éprouvais des remords et il m’arrivait de prier pour ces hommes mariés, ces pères de familles égarés, ces jeunes assoiffés, ces femmes mal dans leur peau. Me mettre sur mes genoux après leur passage et implorer le grand esprit de les délivrer de leurs tourments. Mes bons sentiments n’ont pas duré.

La plupart ne reviennent jamais. Après tout, ce n’est pas l’offre qui manque. Rien que dans mon allée, nous sommes une douzaine et je suis loin d’être la plus douée.
Putain d’allée.
Putain d’allée puante.
Seule la pluie nous donne un peu de répit.
Alors la pluie, on la guette, on l’espère. Quand elle tarde à venir, on l’improvise. Armés de nos seaux remplis d’eau à ras bord et de toute notre patience, on récure à fond les ballons notre allée sordide.
Ces jours là, tous dehors, on oublierait presque que nous sommes piégés ici.
Putain de foyer.
6 m2 à tout casser.
Mes affaires entassées pêle-mêle parce que je me suis toujours dit que c’était temporaire.
Il faut que ce soit temporaire. Ça va faire trois ans que c’est temporaire. Je n’arrive pourtant pas à me résigner à m’installer.
Les cartons, les valises, toujours là, dans le chemin me donnent cette illusion réconfortante du départ. Demain dès l’aube, j’irais ….

Lui, il revient.
Il est ce qu’on appelle « un régulier ».
Il vient maintenant presque tous les jours depuis un an. Après le boulot, après avoir prévenu dans un sms envoyé à l’arrache avant de descendre de sa voiture qu’il avait « trop de boulot » et qu’il  » finirait tard une fois de plus » mais qu’il « était désolé et se rattraperait ».
Il n’est ni méchant, ni gentil. Il fait ce qu’il a à faire et voilà.
Il n’a jamais eu de demande extravagante. Je n’ai pas à me plaindre.
Il nous arrive de discuter, mais jamais longtemps. Je ne connais pas son nom. Je l’ai lu une fois où je lui ai fouillé les poches alors qu’il s’était endormi. Mais je l’ai oublié.
Ça n’a pas d’importance d’ailleurs. L’important est qu’il revienne. Demain ou dans deux jours.

Je dois vivre.

Publicités

2 Replies to “Elle et Lui – 7”

  1. Salaud ! Si il n’est pas heureux dans son couple il à cas rompre avec sa femme et démarrer une nouvelle vie avec la nouvelle. Certain hommes ne s’engagent que lorsqu’ils y sont forcé et c’est pas normal sa fait souffrir trop de monde. Non, celui là préfère accumulé les mensonges dommage que tu n’ai pas décrit un peu plus les raisons de ses agissements sa le rendrait peu être moins antipathique. En tous cas je prend parti pour la femme qui n’attend plus rien…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s