Taxis d’Abidjan – Née à Abobo

KoneCranes Abidjan

Entre midi et deux, il me fallait faire un aller – retour express pour remettre un colis. Il y avait du soleil, j’avais un peu la flemme, j’opte pour le taxi. Je m’installe à l’arrière. Quand je suis seule, je me mets instinctivement sur la banquette arrière, J’en vois qui grimpe à l’avant mais moi je suis de la team #àlarrière.

Donc une fois installée, je m’étale : porte-monnaie à gauche, téléphone à droite, esprit ailleurs.

Le chauffeur me rappelle à l’ordre : Madame, faut attraper ton porte-monnaie là!
Moi : Il est quand même éloigné de la vitre, comment vous voulez que quelqu’un l’attrape?
Lui : D’accord. Quand ils vont faire, tu vas voir comment on fait.
Moi (il avait djô) : Pardon, je vais attraper.
Lui : Vous les clients vous n’aimez pas écoutez. Ça me rappelle un jour, une dame monte et nous prenons la direction d’Abobo. Elle s’était installée devant. Je lui dis « ah Madame, là où nous allons passé, il  y a des carrefours dangereux. Si tu peux, il faut mettre ton sac là (il indique le bas, l’espace devant la boite à gant) et tu bloques avec ton pied. Elle me repond qu’elle est née à Abobo. Je lui ai dis « Ah d’accord ». Ça n’a pas manqué, on lui a arraché son sac, seule la corde est restée dans sa main. Là voila qui crie en agitant les bras: « mon sac… wooo wooo wooo… voleur… ». Je lui dit : « Non Madame, faut pas pleurer, c’est maintenant tu dois montrer que tu es née à Abobo ».

Publicités

Quoi faire? – Musée des civilisations de Côte d’Ivoire

sdr

 

Les jeux de la Francophonie s’étant tenus, il n’y avait désormais plus d’obstacle entre nous et notre soif de culture. Nous n’aurions pas survécu à une deuxième déception. Fort heureusement, ce ne fût pas le cas.

Projection

On se serait levé aux aurores avec le chant du coq et les premiers rayons du soleil. S’en serait suivie une mini séance de yoga farniente pour moi et des dessins animés pour elle. Après quoi, nous nous serions attablées pour le petit déjeuner titanesque que j’aurai fait de mes douces mains. Finalement, en riant aux éclats, nous aurions pris la direction de la douche pour en ressortir prêtes à attaquer la journée à 9 heures 30 minutes.

Réalité

Je me levée à 8 heures et j’avais encore envie de dormir. Ça commençait mal. Après avoir répété 18 fois « just do it« , j’ai mis le petit-déjeuner en branle histoire de … avant de retourner eu lit, devant Instagram, en espérant ne pas l’avoir trop bousculée. Trop tard, 5 minutes plus tard elle se réveillait. Adieu sommeil. Adieu hasthtag. Nous avions à peine pris le petit déjeuner, une douche (l’autre nom de la série « chantage, pleurs et grosse voix ») , mis nos vêtements qu’il était 11 heures.

Argh.

Direction le Musée qui s’est revélé être ouvert.

Nous n’étions pas seules, il y avait d’autres visiteurs : des familles dont certaines plus intéressées par l’extérieur et les possibilités de photos qu’il offre que par l’intérieur, des groupes d’élèves, des journalistes et des touristes.

Après nous être à notre tour photographiées dans chaque recoin du susmentionné extérieur, il était temps de passer aux choses sérieuses. Petit couac, il n y a qu’une salle ouverte et on a vite fait le tour de l’exposition permanente. Mais rassure-toi, ce qui est offert à nos yeux n’est qu’une fraction de ce que le Musée possède. Le guichetier très optimiste, et à qui j’ai posé la question, a parlé de possibles expositions temporaires dans le futur.

Mes pièces coup de coeur sont dans un ordre totalement aléatoire :

(i) les casques guerriers du Nord
(ii) le crâne d’éléphant(eau)
(iii) les étoffes traditionnelles royales.

Elle m’a posé plein de questions auxquelles j’ai apporté les réponses que j’ai pu. Honnêtement, certaines fois ma supériorité venait du fait que je sache lire. Ma connaissance de la Côte d’ivoire reste donc  à approfondir et c’est tant mieux.

Nous y avons passé 45 minutes avant de devoir aller nous restaurer parce que si tu as tout bien suivi, il était maintenant l’heure du déjeuner.

Verdict: On y retournera!

Horaires
du mardi au vendredi de 9h à 18h30
samedi de 9h à 17h