L’Attrape-cœurs ou pourquoi Salinger ne pouvait en écrire qu’un (… ou presque)

1970-01-01 12.00.00 8.jpg

Quand j’ai vu ce livre chez un ami, j’ai dû faire une mini danse de la joie. Quand je suis contente, je suis dans l’excès. Quand je me sens mal aussi (#jeracontemavie). Et pour que ce soit clair, oui! oui, j’abuse des bibliothèques d’autrui. Mais je suis une femme bien, je rends les bouquins après. Alors, Boss garde la foi, il te reviendra. 😉

L’Attrape cœur, je le connaissais sans même l’avoir lu. C’est que sa réputation l’avait précédé. On connait tous l’Attrape-cœurs. Shame on you, si tu n’en as jamais entendu parler. Ce livre, que dis-je, cette œuvre est restée au panthéon de la littérature entraînant avec elle son auteur : Salinger. C’est un livre incontournable.

[NDLR: Après le succès incroyable de son roman ou à cause, Salinger David Jerome a vécu reclus.]

Déjà,  j’affirme qu’il s’agit d’une histoire inspirée de faits réels et ceci n’est pas un débat. D’ailleurs, je n’écoute plus, j’ai bouché mes oreilles et je n’en démordrais pas bicause (wink !) il y a des situations-émotions-sensations qui ne se simulent pas, même avec la plus grande des imaginations. Croyez-moi, en matière d’imagination, je sais de quoi je parle!

Je l’ai aimé dès la première page. Si tu me suis sur Instagram, tu as dû en voir passer des pages et des pages de ce livre dans mes stories. Sinon, tu attends quoi pour le faire ?(leblabladegretha).

IMG_20181202_180716_113

Il y a des livres lents, plein de description dont on ne sait pas vraiment quoi faire, des livres dont on pourrait facilement sauter trois pages et ne rien manquer de l’action. Pas celui-ci. Chaque page compte. Chaque phrase compte. Chaque mot compte. J’exagère à peine. C’est un condensé d’émotions, un trop plein de leçons. C’est une vie dont on espère qu’elle finira bien. Il m’a fait rire, sourire, me rappeler, réfléchir, jurer, promettre, comprendre. Merci Monsieur !

« L’Attrape-cœurs », c’est comme les montagnes russes : on ferme les yeux par moment.

« L’Attrape-cœurs », c’est les premiers émois, les premières rebellions, les premiers gâchis, les premières déceptions, les premiers doutes.

« L’Attrape-cœurs », c’est un appel au secours.

PS: Le pourquoi du titre du livre est si beau, si pur… si naif.

.

Tu lis quoi en ce moment ?

Publicités

2 Replies to “L’Attrape-cœurs ou pourquoi Salinger ne pouvait en écrire qu’un (… ou presque)”

  1. Moi aussi, je suis une squatteuse de bibliothèque d’autrui.
    Actuellement, je lis le pagne noir de Bernard Dadié.
    J’avoue que je m’attendais à un résumé.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s